Partira? Partira pas?

On n’en peut plus! On ne sait pas comment ils font, ces ministes, pour tenir le coup…. Bon, nous on a pas 4020 miles nautiques à parcourir en pleine mer dans un petit canote, donc forcément on tape du pied, on s’impatiente!!!

On ouvre tous les jours fébrilement la page internet officielle de la mini transat 6.50, on épluche les articles les yeux collés à l’écran, on surfe sur les sites météo, on scrute les cartes isobariques, on téléphone aux douarnenistes qu’on connaît pour avoir des nouvelles du front, le dépressionnaire, le flux de sud-ouest qui nous les brise depuis 15 jours… A pas bougé.
On est à Paris, on crève de chaud dans nos doudounes, et on sait que tant qu’on suera comme des bêtes dans le métro, les ministes ne quitteront pas le port. On y a cru, on a vu la lumière au bout du tunnel: Denis Hugues, le messager de bonnes nouvelles nous a donné la force d’espérer avant-hier, drapeau orange, DRAPEAU ORANGE! Départ dans 36 heures, plus que 2 dodos! Comme disent nos adorables bambins à chaque fois qu’on part en business trip…. Et puis plus rien. Non pas le rouge, mais le noir total, black out sur la pointe Finistère, on ne nous reçoit plus.

Et pendant qu’on se ronge les ongles et qu’on trépigne, c’est la grande éclate à Douarnenez! Notre coureur préféré Gwénolé Gahinet sort son aile de kyte, il tire des bords avec un sourire banané comme c’est pas permis, il se remplit allègrement la panse grâce à ses deux partenaires Philippe Clauss (chef cuisinier) et Gaël Ruscart (chef pâtissier), qui lui préparent des p’tites conserves de foie-gras et de homard pour les nuits froides et solitaires en plein milieu de l’atlantique. Il se détend, il est pas stressé lui!

Sans-titre-2

Heureusement d’ailleurs! Cela nous permet de nous décontracter un peu nous aussi, et depuis Paris, quand on le voit sortir de l’eau avec son kyte au bras et faire des gros câlins à ses potes cuistots, on se dit qu’il sent le soleil, et qu’avec ce bon esprit relax qui est le sien, le talent qu’il tient entre ses mains calleuses et dans sa tête bien faite, il met toutes les chances de son côté… On ne veut pas donner de faux espoirs, mais il semblerait, il semblerait… que le flux bascule au nord-ouest en début de semaine prochaine, libérant les lions de leur cage, histoire qu’ils puissent enfin se jeter dans l’arène aquatique pour le plus grand bonheur de tous! Allez, tout le GlobeSailor croise les doigts, on fait des souhaits, on envoie des bonnes ondes!

En direct de Paris-les-bains,
Anne de Saint Périer, responsable partenariats du GlobeSailor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *